Costs

Lituanie

This page provides you with information about the costs of justice in Lithuania. For a more in-depth analysis on the costs of proceedings, please consult the following case studies: Family law - Divorce Family law – custody of the children Family law – alimony Commercial law – contract Commercial law – responsibility

Contenu fourni par
Lituanie

Regulation of legal fees

1.Solicitors

There is no such profession in Lithuania.

2. Lawyers

Lawyers' fees are not regulated in Lithuania. They vary according to the level of complexity of the case and of the resources involved. However, fees may not be superior to the maximum amount established by recommendations approved by the Minister for Justice and the Chairman of the Council of the Lithuanian Bar Association (Lietuvos advokatų tarybos pirmininkas).

3. Barristers

There is no such profession in Lithuania.

4. Bailiffs

Bailiffs play a role only if the debtor does not comply with the judgment and legally enforceable documents have to be produced. The fees, their payment and exemption from enforcement costs are regulated by the Instructions for executing judgements. All enforcement costs must be paid by the judgment creditor. The bailiff’s fees are to be recovered from the debtor during or after the execution of the judgment.

The amount of the fees depends on the type of enforcement required and the number of times it is provided. Some enforcement costs are fixed: some cost LTL 60 per hour and some are determined based on a percentage of the value of the assets subject to enforcement.

Fixed costs

Fixed costs in civil proceedings

Fixed costs for litigants in civil proceedings

In civil proceedings, litigation costs comprise stamp duty and other costs: legal representation, delivery of court documents, experts’ or witnesses’ fees, execution, etc. Stamp duty is, where applicable, defined in the Code of Civil Procedure and is fixed. Litigation costs are defined in section VIII of the Code of Civil Procedure (Civilinio proceso kodeksas).

Stage of the civil proceeding where fixed costs for litigants must be paid

Stamp duty is normally paid before presenting a claim to the court.

Fixed costs in criminal proceedings

Fixed costs for litigants in criminal proceedings

There are no fixed costs for litigants in criminal proceedings.

Fixed costs in constitutional proceedings

Fixed costs for litigants in constitutional proceedings

Constitutional proceedings are free of charge, but are not available to the general public.

Prior information to be provided by legal representatives

There is no such direct obligation under law.

Costs borne by the winning party

Costs in civil proceedings are defined in Section VIII of the Code of Civil Procedure.

Cost sources

Where can I find information on cost sources in Lithuania?

More information is available in the attached Lithuania’s report of the Study on Transparency of costs PDF (950 Kb) en

In what languages can I obtain information on cost sources in Lithuania?

Information is available in English.

Where can I find information on mediation?

More information is available on the website: Court mediation procedure.

Legal aid

Conditions for the granting of legal aid

According to Lithuanian legislation, there are two kinds of state-guaranteed legal aid:

  1. 'Primary legal aid' (pirminė teisinė pagalba) covers the provision of legal aid in line with the procedure laid down by the Law governing state-guaranteed legal aid, legal advice and the drafting of documents to be submitted to state and municipal institutions, with the exception of procedural documents. Legal aid also covers advice for the out-of-court settlement of a dispute, actions for the amicable settlement of disputes and drafting settlement agreements.
  2. 'Secondary legal aid' (antrinė teisinė pagalba) covers the drafting of documents, defence and legal representation in court. This includes the process of execution and representation during the preliminary extra-judicial stage of a dispute – where such a procedure is required by law or court decision. Such legal aid also covers litigation costs incurred in civil proceedings, the costs incurred in administrative proceedings, and costs related to hearing a civil action raised in a criminal case.

All citizens of the Republic of Lithuania, citizens of other member states of the European Union, other natural persons residing lawfully in Lithuania or member states, and other persons specified in international treaties to which Lithuania is signatory are eligible for primary legal aid irrespective of their income.

All citizens of the Republic of Lithuania, citizens of other member states of the European Union and other natural persons residing lawfully in the Republic of Lithuania and other member states may apply for secondary legal aid. To receive secondary legal aid, a person’s property and annual income should not exceed the property and income levels set by the government in the Law governing state-guaranteed legal aid.

Thus a common threshold system is used when assessing indigence (a maximum amount below which an applicant is considered indigent).

Right to legal aid

The government has established two property and income levels that apply. The applicant's property and income should not exceed the first or second level defined by law. Moreover, the applicant's annual net income (over the last twelve months) should not exceed the first or second income levels defined in Lithuanian law.

Indigence is not the only criterion used to determine a person’s ability to receive secondary legal aid.

First level legal aid entitlement is established when a person's income per year does not exceed LTL 8 000 (€2 318.8) plus LTL 3 000 (€869.6) for each dependant. Second level legal aid entitlement is established when a person's income per year does not exceed LTL 12 000 (€3 478.2) plus LTL 4 400 (€1 275.3) for each dependant. The obligations of the applicant towards his or her dependants are not taken into account for the purpose of assessing indigence.

The extent of secondary legal aid, taking account of a person’s property and income, shall be guaranteed and covered by the state as follows:

  1. 100 per cent – where the first level is established based on the person’s property and income
  2. 50 per cent – where the second level is established based on the person’s property and income.

The state must guarantee and cover 100 percent of the costs of the secondary legal aid provided to people specified in Article 12 of this Law (see below). This is paid regardless of the person’s property and income. The exception is individuals (referred to in subparagraph 6 of Article 12 of the Law) who can freely dispose of property and income. Such individuals are assigned to the second level. Here, the state will guarantee and cover 50 per cent of the costs of secondary legal aid.

Some groups of persons are eligible for secondary legal aid regardless of the property and income levels established by the government (under Article 12 of the Law on state-guaranteed legal aid):

  1. persons in criminal proceedings (according to Article 51 of the Code of criminal procedure), and in other cases specified by law when the physical presence of a defence lawyer is mandatory;
  2. the aggrieved parties in cases involving compensation for damage incurred through criminal actions, including cases where claims for compensation for damage are heard as part of a criminal matter;
  3. persons receiving social assistance for low-income families (single residents) under Lithuanian law;
  4. persons living in care institutions;
  5. people who have reached pensionable age, and those for whom a level of considerable special needs has been established. This includes guardians (custodians) where state-guaranteed legal aid is required for the representation and defence of the rights and interests of a ward (foster-child);
  6. persons who have presented proof showing that they cannot dispose of their property and funds for objective reasons and that, for these reasons, the property and annual income they can freely dispose of does not exceed the property and income levels set by the Lithuanian Government for receiving legal aid in accordance with the law governing legal aid;
  7. persons suffering from serious mental disorders, where issues relating to their forced hospitalisation and treatment are being examined under the Lithuanian Law on mental health care, and custodians (carers) of the above where state-guaranteed legal aid is required for the representation of the rights and interests of the ward (person subject to care);
  8. debtors in enforcement proceedings, where recovery is levied against the last place of residence;
  9. parents or other legal representatives of minor children, where the issue of their eviction is being examined;
  10. minor children, where they are applying independently to a court, in the cases specified by law, for the defence of their rights or legally protected interests, with the exception of those who have entered into marriage in accordance with procedures laid down by law or have been recognised by the court as having legal capacity;
  11. persons in respect of whom recognition of incapacity is sought in matters involving a decision on the capacity of a natural person;
  12. persons involved in cases concerning registration of birth;
  13. other persons in cases specified in treaties signed by the Republic of Lithuania.

Experts’ fees

The court must pay experts for loss of earnings – at work or from their usual occupation – for each day they are required to spend in court. They are paid for providing their expertise, and reimbursed for any expenses related to appearing in court, travelling and accommodation, together with a daily subsistence allowance. A party who files a petition to call in experts must pay a surety for an amount established by the court in advance. If both parties submit petitions for an expert(s), they shall pay the surety in equal parts. The surety is paid into the court’s special account.

If, in cases provided by the Lithuanian Civil Code (Lietuvos Respublikos civilinis kodeksas) or other laws, the court calls witnesses (liudytojai) and experts (ekspertai) on its own initiative, the expenses are payable from the state budget. This may involve ordering an examination or performing an inspection of the scene of the event.

When establishing the size of the surety, the amount of future expenses must be taken into consideration. The court pays the amounts to the experts after they have performed their duties. The court must also pay expert institutions for carrying out an investigation in accordance with an invoice presented after the investigation has been completed. These amounts will be paid from the court’s special account, opened in a bank according to the court’s location. The amounts paid to experts and expert institutions must, when no surety has been collected, be charged to the court’s special account and paid by the party against whom judgment was made, or by the parties in proportion to the magnitude of the claims allowed and dismissed. The Ministry of Justice establishes the maximum amounts of these expenses

Translators’ and interpreters’ fees

The court reimburses translators for loss of earnings – arising from their absence from work or usual daily occupation – for each day they are required to spend in court. Translators must be paid for their translation work, and reimbursed for any expenses they incur due to appearing in court, travelling, accommodation and a daily subsistence allowance. A party who submits documents to court and requires them to be translated into a foreign language must pay in advance a surety of the amount established by the court.

The court must pay translators from the state budget funds allocated for this purpose, except for amounts paid to translators for translation into a foreign language of court documents submitted by the parties. The cost of interpretation/ translation services during a court session must be covered by the state budget. The Ministry of Justice has established the maximum amount of this expenditure.

Related attachments

Lithuania’s report of the Study on Transparency of costs PDF (950 Kb) en

Last update: 08/11/2019

The national language version of this page is maintained by the respective Member State. The translations have been done by the European Commission service. Possible changes introduced in the original by the competent national authority may not be yet reflected in the translations. The European Commission accepts no responsibility or liability whatsoever with regard to any information or data contained or referred to in this document. Please refer to the legal notice to see copyright rules for the Member State responsible for this page.
Member States in charge of the management of national content pages are in the process of updating some of the content on this website in the light of the withdrawal of the United Kingdom from the European Union. If the site contains content that does not yet reflect the withdrawal of the United Kingdom, it is unintentional and will be addressed.

Étude de cas n° 1 – droit de la famille - divorce - Lituanie

Dans cette étude de cas sur le droit de la famille - divorce, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie qui demande le divorce au sujet des dépens de l'instance, pour examiner les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: un couple se marie. Par la suite, les époux se séparent et conviennent de divorcer.

Cas B – Situation transnationale: deux ressortissants d'un même État membre (État membre A) se marient. Le mariage est célébré dans l'État membre A. Après le mariage, les époux partent vivre et travailler dans un autre État membre (État membre B), où ils établissent leur résidence. Peu après, le couple se sépare; la femme retourne dans l'État membre A, tandis que le mari reste dans l'État membre B. Le couple convient de divorcer. À son retour dans l'État membre A, la femme demande immédiatement le divorce devant les tribunaux de l'État membre B.

Frais en Lituanie

Frais afférents aux instances, aux appels et autres modes de résolution des litiges


Étude de cas

Instance

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Les époux qui introduisent une demande de dissolution du mariage par consentement mutuel sont exemptés des frais officiels lorsque l’affaire est entendue par une juridiction.

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.  

Le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Les personnes physiques ou morales ressortissantes d’autres États sont soumises aux mêmes conditions d’exemption, de réduction, de report et d’étalement des paiements que les citoyens lituaniens.

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Appels

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Les époux qui introduisent une demande de dissolution du mariage par consentement mutuel sont exemptés des frais officiels lorsque l’affaire est entendue par une juridiction.

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page

La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Modes alternatifs de résolution des conflits

Ce type d’affaire s’y prête-t-il?

Frais

Cas A

Oui, après qu’une audience préliminaire a permis d’identifier l’essence du litige, la juridiction offre aux deux parties la possibilité de trouver un accord de compromis mutuellement acceptable et de régler ainsi l’affaire à l’amiable.

Gratuit

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais d’avocats, d’huissiers et d’experts


Étude de cas

Avocat

La représentation est-elle obligatoire?

Coût moyen

Cas A

La représentation par un avocat n’est pas obligatoire

Voir la section sur la réglementation des honoraires des professions juridiques ci-dessus

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Huissier de justice

Le recours à l’huissier est-il obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Cas A

Non

Non. Les huissiers n’interviennent qu’après l’émission de titres exécutoires.

Régis par les instructions sur l’exécution des décisions. Les frais sont à recouvrer auprès du débiteur.

Le montant dépend du type d’exécution et du montant des actions d’exécution – les coûts peuvent être fixes, 60 litas par heure ou un pourcentage de la valeur des éléments concernés.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Expert

Le recours à l’expert est-il obligatoire?

Coût

Cas A

La cour ou le tribunal peut désigner un expert ou demander une expertise pour des questions qui nécessitent des connaissances spéciales en sciences, en médecine, en art, en ingénierie ou en artisanat, suivant l’avis des parties à la procédure.

Une caution d’un montant fixé par la juridiction doit être payée par la partie qui demande l’expertise. Le gouvernement ou une institution autorisée définit les dépenses maximales. La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État/.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais d’indemnisation de témoins, gage ou caution et autres frais


Étude de cas

Indemnisation de témoins

Gage ou caution

Autres frais

Les témoins sont-ils indemnisés?

Coût

Ce dispositif existe-t-il et quand y a-t-on recours?

Coût

Description

Coût

Cas A

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

La juridiction doit tenir compte de la situation matérielle de la partie qui doit supporter ces coûts. Le montant dépend de la nature de l’action procédurale et ne peut pas dépasser 100 000 litas.

Les autres frais comprennent:

1) l’inspection d’un lieu;

2) la perquisition du défendeur;

3) la notification de documents de procédure;

4) l'exécution de la décision judiciaire;

5) le remboursement du travail du curateur;

6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus. Les dépenses relatives à la perquisition du défendeur doivent être imputées à la partie qui l’a réclamée ou à la juridiction.

Voir la section relative aux honoraires des huissiers.

Un tuteur a le droit de recevoir une rémunération pour représentation, conformément aux tarifs et à la procédure définis par le gouvernement ou son institution autorisée. Les frais de représentation sont supportés par la partie à l’initiative de laquelle le tuteur est désigné et qui doit payer à l’avance ses frais de représentation

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Coût de l’aide juridictionnelle et autres remboursements



Étude de cas

Aide juridictionnelle

Où et dans quelles conditions est-elle applicable?

Quand l’aide est-elle totale?

Conditions?

Cas A

L’aide primaire peut être réclamée comme indiqué dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’aide secondaire peut être accordée dans les conditions définies dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’État garantit 100 % des coûts liés à l’aide juridictionnelle primaire.

Les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire tiennent compte du patrimoine et des revenus de la personne (voir la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus)

 

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle primaire peuvent en faire la demande auprès de l’institution exécutive d’une municipalité, en fonction du lieu de résidence déclaré.  

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle secondaire doivent en faire la demande, accompagnée des pièces justifiant la demande et attestant l’éligibilité à l’aide juridictionnelle secondaire.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale




Étude de cas

Remboursement

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Si le remboursement n’est pas total, quel en est le pourcentage en général?

Quels frais ne sont jamais remboursés?

Existe-t-il des cas dans lesquels l’aide juridictionnelle devrait être remboursée à l’organisme qui l’a apportée?

Cas A

Les parties qui divorcent  par consentement mutuel sont dispensées des frais d’instance.  

Les frais de l’aide juridictionnelle garantie par l’État et ceux encourus par le débiteur dans le cadre de l’exécution.

Lorsque la fourniture de l’aide juridictionnelle secondaire prend fin pour les raisons visées à l’article 23, paragraphe 1, points 1, 2 et 6, de la loi. Les coûts peuvent être recouvrés auprès de la personne à qui l’aide a été accordée conformément à la procédure définie par la loi.

Lorsque des prestations d’assurance sont versées après paiement des frais, les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire doivent être reversés au budget de l’État dans un délai d’un mois à compter du paiement des prestations de l’assurance, conformément à la procédure définie par le ministre de la justice. Si une personne ne reverse pas ces coûts, ils doivent être recouvrés selon la procédure légale.  

Lorsque l’aide juridictionnelle secondaire a été accordée (article 12, point 6, de la loi), mais que les circonstances changent (article 11, paragraphe 2, point 1), la personne doit rembourser le montant de l’aide juridictionnelle secondaire à l’État, dans les délais impartis par le service compétent. Si elle ne le fait pas, les frais seront recouvrés selon la procédure légale applicable.  

Lorsqu’une aide juridictionnelle secondaire de 50 % est fournie et qu’un demandeur ne paie pas sa part de 50 % des frais de la procédure civile ou administrative dans les délais impartis, l’affaire peut se terminer sans que le juge ne se prononce sur le bien-fondé de l’affaire, et le demandeur doit rembourser les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire dans les délais impartis par le service compétent. L’État sera représenté par le service de l’aide juridictionnelle.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais de traduction et d’interprétation


Étude de cas

Traduction

Interprétation

Autres frais propres aux litiges transfrontaliers?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Description

Coût approximatif?

Cas A

Tous les documents de procédure et leurs annexes doivent être soumis à la juridiction dans la langue officielle de l’État.

Une partie dont les documents de procédure doivent être traduits dans une langue étrangère, doit payer à l’avance une caution pour un montant défini par la cour ou le tribunal afin de couvrir les frais d’instance. Si les deux parties présentent de telles demandes, elles verseront la caution à parts égales.

Les personnes qui ne parlent pas la langue officielle se voient garantir le droit à des services d’interprétation/traduction durant la procédure.

La cour ou le tribunal doit payer les traducteurs/interprètes sur les fonds du budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale


Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 2 – droit de la famille – garde des enfants - Lituanie

Dans cette étude de cas sur le droit de la famille – garde des enfants, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie demanderesse au sujet des dépens de l'instance, pour examiner les situations suivantes:

Case A – Situation nationale: deux personnes ont vécu ensemble hors mariage pendant plusieurs années. Elles ont un enfant de trois ans, lorsqu'elles se séparent. Un jugement accorde la garde de l'enfant à la mère et un droit de visite au père. La mère intente une action en justice pour limiter le droit de visite accordé au père.

Case B – Situation transnationale du point de vue d'un avocat exerçant dans l'État membre A: deux personnes ont vécu ensemble hors mariage dans un État membre (État membre B) pendant plusieurs années. Elles ont un enfant ensemble, mais se séparent immédiatement après la naissance de celui-ci. Un jugement rendu dans l'État membre B accorde le droit de garde de l'enfant à la mère et un droit de visite au père. La mère et l'enfant partent vivre dans un autre État membre (État membre A), comme le jugement les autorise à le faire, tandis que le père reste dans l'État membre B. Quelques années plus tard, la mère intente une action en justice dans l'État membre A pour modifier le droit de visite du père.


Frais en Lituanie

Frais afférents aux instances, aux appels et autres modes de résolution des litiges


Étude de cas

Instance

Appels

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Les frais officiels dans les affaires concernant des litiges entre parents séparés sur les contacts avec l’enfant s’élèvent à 100 litas. Les juridictions peuvent adapter ce montant en tenant compte de l’indice trimestriel des prix à la consommation (aujourd’hui 132)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Les frais officiels dans les affaires concernant des litiges entre parents séparés sur les contacts avec l’enfant s’élèvent à 100 litas.  Les juridictions peuvent adapter ce montant en tenant compte  de l’indice trimestriel des prix à la consommation (aujourd’hui 132)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Modes alternatifs de résolution des conflits

Ce type d’affaire s’y prête-t-il?

Frais

Cas A

Oui, après qu’une audience préliminaire a permis d’identifier l’essence du litige, la juridiction offre aux deux parties la possibilité de trouver un accord de compromis mutuellement acceptable et de régler ainsi l’affaire à l’amiable.

Gratuit

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation A



Frais d’avocats, d’huissiers et d’experts


Étude de cas

Avocat

Huissier de justice

La représentation est-elle obligatoire?

Coût moyen

Le recours à l’huissier est-il obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Cas A

La représentation par un avocat n’est pas obligatoire

Voir la section sur la réglementation des honoraires des professions juridiques ci-dessus

Non

Non

Non. Les huissiers n’interviennent qu’après l’émission de titres exécutoires

Coûts de l’exécution: 60 litas, que l’huissier peut réclamer pour chaque exécution, 200 litas pour le salaire de l’huissier et les autres frais d’exécution, en fonction du type d’exécution et du montant des actions d’exécution

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Expert

Le recours à l’expert est-il obligatoire?

Coût

Cas A

La cour ou le tribunal peut désigner un expert ou une expertise pour des questions qui nécessitent des connaissances spéciales en sciences, en médecine, en art, en ingénierie ou en artisanat, suivant l’avis des parties à la procédure.

Une caution d’un montant fixé par la juridiction doit être payée par la partie qui demande l’expertise. Le gouvernement ou une institution autorisée définit les dépenses maximales. La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais d’indemnisation de témoins, gage ou caution et autres frais


Étude de cas

Indemnisation de témoins

Gage ou caution

Autres frais

Les témoins sont-ils indemnisés?

Coût

Ce dispositif existe-t-il et quand y a-t-on recours?

Coût

Description

Coût

Cas A

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

La juridiction doit tenir compte de la situation matérielle de la partie qui doit supporter ces coûts. Le montant dépend de la nature de l’action procédurale et ne peut pas dépasser 100 000 litas.

Les autres frais comprennent:

1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) la satisfaction de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Les dépenses relatives à la perquisition du défendeur doivent être imputées à la partie qui l’a réclamée ou à la juridiction.

Voir la section relative aux honoraires des huissiers.

Un tuteur a le droit de recevoir une rémunération pour représentation, conformément aux tarifs et à la procédure définis par le gouvernement ou son institution autorisée. Les frais de représentation sont supportés par la partie à l’initiative de laquelle le tuteur est désigné et qui doit payer à l’avance ses frais de représentation

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Coût de l’aide juridictionnelle et autres remboursements



Étude de cas

Aide juridictionnelle

Où et dans quelles conditions est-elle applicable?

Quand l’aide est-elle totale?

Conditions?

Cas A

L’aide primaire peut être réclamée comme indiqué dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’aide secondaire peut être accordée dans les conditions définies dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’État garantit 100 % des coûts liés à l’aide juridictionnelle primaire.

Les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire tiennent compte du patrimoine et des revenus de la personne (voir la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus)

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle primaire peuvent en faire la demande auprès de l’institution exécutive d’une municipalité, en fonction du lieu de résidence déclaré.  

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle secondaire doivent en faire la demande, accompagnée des pièces justifiant la demande et attestant l’éligibilité à l’aide juridictionnelle secondaire.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale




Étude de cas

Remboursement

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Quels frais ne sont jamais remboursés?

Existe-t-il des cas dans lesquels l’aide juridictionnelle devrait être remboursée à l’organisme qui l’a apportée?

Cas A

La partie gagnante peut se faire rembourser les frais de procédure par la partie perdante.

Les frais de l’aide juridictionnelle garantie par l’État et ceux encourus par le débiteur dans le cadre de l’exécution.

Lorsque la fourniture de l’aide juridictionnelle secondaire prend fin pour les raisons visées à l’article 23, paragraphe 1, points 1, 2 et 6, de la loi. Les coûts peuvent être recouvrés auprès de la personne à qui l’aide a été accordée conformément à la procédure définie par la loi.

Lorsque des prestations d’assurance sont versées après paiement des frais, les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire doivent être reversés au budget de l’État dans un délai d’un mois à compter du paiement des prestations de l’assurance, conformément à la procédure définie par le ministre de la justice. Si une personne ne reverse pas ces coûts, ils doivent être recouvrés selon la procédure légale.  

Lorsque l’aide juridictionnelle secondaire a été accordée (article 12, point 6, de la loi), mais que les circonstances changent (article 11, paragraphe 2, point 1), la personne doit rembourser le montant de l’aide juridictionnelle secondaire à l’État, dans les délais impartis par le service compétent. Si elle ne le fait pas, les frais seront recouvrés selon la procédure légale applicable.  

Lorsqu’une aide juridictionnelle secondaire de 50 % est fournie et qu’un demandeur ne paie pas sa part de 50 % des frais de la procédure civile ou administrative dans les délais impartis, l’affaire peut se terminer sans que le juge ne se prononce sur le bien-fondé de l’affaire, et le demandeur doit rembourser les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire dans les délais impartis par le service compétent. L’État sera représenté par le service de l’aide juridictionnelle.



Frais de traduction et d’interprétation


Étude de cas

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Cas A

Tous les documents de procédure et leurs annexes doivent être soumis à la juridiction dans la langue officielle de l’État.

Une partie dont les documents de procédure doivent être traduits dans une langue étrangère doit payer à l’avance une caution pour un montant défini par la cour ou le tribunal afin de couvrir les frais d’instance. Si les deux parties font la même demande, elles verseront la caution à parts égales.

Les personnes qui ne parlent pas la langue officielle se voient garantir le droit à des services d’interprétation/traduction durant la procédure.

La cour ou le tribunal doit payer les traducteurs/interprètes à partir des fonds du budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale


Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 3 – droit de la famille – pension alimentaire - Lituanie

Dans cette étude de cas sur le droit de la famille – pension alimentaire, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie demanderesse au sujet des dépens de l'instance, pour examiner les situations suivantes:

Case A – Situation nationale: deux personnes ont vécu ensemble hors mariage pendant plusieurs années. Elles ont un enfant de trois ans, lorsqu'elles se séparent. Un jugement accorde le droit de garde de l'enfant à la mère. Le seul point litigieux non réglé concerne le montant de la pension alimentaire due à la mère par le père pour l'entretien et l'éducation de l'enfant. La mère intente une action en justice portant sur cette question.

Cas B - Situation transnationale du point de vue d'un avocat exerçant dans l'État membre A: deux personnes ont vécu ensemble hors mariage dans un État membre (État membre B). Elles ont un enfant de trois ans. Elles se séparent. Un jugement rendu dans l'État membre B accorde le droit de garde à la mère. Avec l'accord du père, la mère et l'enfant partent vivre dans un autre État membre (État membre A), où ils établissent leur résidence.

Un point litigieux reste en suspens. Il concerne le montant de la pension alimentaire due à la mère par le père pour l'entretien et l'éducation de l'enfant. La mère intente une action en justice portant sur cette question dans l'État membre A.


Frais en Lituanie

Frais afférents aux instances, aux appels et autres modes de résolution des litiges


Étude de cas

Instance

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Les plaignants réclamant une pension alimentaire pour un enfant sont exemptés du paiement des frais officiels lorsque l’affaire est entendue par une juridiction.

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.  

La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Les personnes physiques ou morales ressortissantes d’autres États sont soumises aux mêmes conditions d’exemption, de réduction, de report et d’étalement des paiements que les citoyens lituaniens

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Appels

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Les plaignants réclamant une pension alimentaire pour un enfant sont exemptés du paiement des frais officiels lorsque l’affaire est entendue par une juridiction

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.  

La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État/.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Modes alternatifs de résolution des conflits

Ce type d’affaire s’y prête-t-il?

Frais

Cas A

Oui, après qu’une audience préliminaire a permis d’identifier l’essence du litige, la juridiction offre aux deux parties la possibilité de trouver un accord de compromis mutuellement acceptable et de régler ainsi l’affaire à l’amiable.

Gratuit

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais d’avocats, d’huissiers et d’experts


Étude de cas

Avocat

La représentation est-elle obligatoire?

Coût moyen

Cas A

La représentation par un avocat n’est pas obligatoire

Voir la section sur la réglementation des honoraires des professions juridiques ci-dessus

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Huissier de justice

Le recours à l’huissier est-il obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Cas A

Non

Non

Non. Les huissiers n’interviennent qu’après l’émission de titres exécutoires.

Coûts de l’exécution:

1) les paiements périodiques des pensions alimentaires sont exécutés par prélèvement sur le salaire du débiteur – 30 litas pour l’exécution, que l’huissier reçoit pour chaque exécution, en fonction du type et du montant des actions d’exécution;

2) si les pensions alimentaires sont recouvrées sur le patrimoine du débiteur, les coûts d’exécution et le salaire de l’huissier dépendront du montant de la dette.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Expert

Le recours à l’expert est-il obligatoire?

Coût

Cas A

La cour ou le tribunal peut désigner un expert ou une expertise pour des questions qui nécessitent des connaissances spéciales en sciences, en médecine, en art, en ingénierie ou en artisanat, suivant l’avis des parties à la procédure.

Une caution d’un montant fixé par la juridiction doit être payée par la partie qui demande l’expertise. Le gouvernement ou une institution autorisée définit les dépenses maximales. La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État/.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Frais d’indemnisation de témoins, gage ou caution et autres frais


Étude de cas

Indemnisation de témoins

Gage ou caution

Les témoins sont-ils indemnisés?

Coût

Ce dispositif existe-t-il et quand y a-t-on recours?

Coût

Cas A

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale


Étude de cas

Autres frais

Description

Coût

Cas A

Les autres frais comprennent: 1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'application de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus. Les dépenses relatives à la perquisition du défendeur doivent être imputées à la partie qui l’a réclamée ou à la juridiction.

Voir la section relative aux honoraires des huissiers.

Un tuteur a le droit de recevoir une rémunération pour représentation, conformément aux tarifs et à la procédure définis par le gouvernement ou son institution autorisée. Les frais de représentation sont supportés par la partie à l’initiative de laquelle le tuteur est désigné et qui doit payer à l’avance ses frais de représentation

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Coût de l’aide juridictionnelle et autres remboursements



Étude de cas

Aide juridictionnelle

Où et dans quelles conditions est-elle applicable?

Quand l’aide est-elle totale?

Conditions?

Cas A

L’aide primaire peut être réclamée comme indiqué dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’aide secondaire peut être accordée dans les conditions définies dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’État garantit 100% des coûts liés à l’aide juridictionnelle primaire.

Les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire tiennent compte du patrimoine et des revenus de la personne (voir la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus)

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle primaire peuvent en faire la demande auprès de l’institution exécutive d’une municipalité, en fonction du lieu de résidence déclaré.  

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle secondaire doivent en faire la demande, accompagnée des pièces justifiant la demande et attestant l’éligibilité à l’aide juridictionnelle secondaire.




Étude de cas

Remboursement

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Si le remboursement n’est pas total, quel en est le pourcentage en général?

Quels frais ne sont jamais remboursés?

Existe-t-il des cas dans lesquels l’aide juridictionnelle devrait être remboursée à l’organisme qui l’a apportée?

Cas A

La partie gagnante peut se faire rembourser les frais de procédure par la partie perdante.

Lorsque la fourniture de l’aide juridictionnelle secondaire prend fin pour les raisons visées à l’article 23, paragraphe 1, points 1, 2 et 6, de la loi. Les coûts peuvent être recouvrés auprès de la personne à qui l’aide a été accordée conformément à la procédure définie par la loi.

Lorsque des prestations d’assurance sont versées après paiement des frais, les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire doivent être reversés au budget de l’État dans un délai d’un mois à compter du paiement des prestations de l’assurance, conformément à la procédure définie par le ministre de la justice. Si une personne ne reverse pas ces coûts, ils doivent être recouvrés selon la procédure légale.  

Lorsque l’aide juridictionnelle secondaire a été accordée (article 12, point 6, de la loi), mais que les circonstances changent (article 11, paragraphe 2, point 1), la personne doit rembourser le montant de l’aide juridictionnelle secondaire à l’État, dans les délais impartis par le service compétent. Si elle ne le fait pas, les frais seront recouvrés selon la procédure légale applicable.

Lorsqu’une aide juridictionnelle secondaire de 50 % est fournie et qu’un demandeur ne paie pas sa part de 50% des frais de la procédure civile ou administrative dans les délais impartis, l’affaire peut se terminer sans que le juge ne se prononce sur le bien-fondé de l’affaire, et le demandeur doit rembourser les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire dans les délais impartis par le service compétent. L’État sera représenté par le service de l’aide juridictionnelle.

Les frais de l’aide juridictionnelle garantie par l’État et ceux encourus par le débiteur dans le cadre de l’exécution.

Lorsque la fourniture de l’aide juridictionnelle secondaire prend fin pour les raisons visées à l’article 23, paragraphe 1, points 1, 2 et 6, de la loi. Les coûts peuvent être recouvrés auprès de la personne à qui l’aide a été accordée conformément à la procédure définie par la loi.

Lorsque des prestations d’assurance sont versées après paiement des frais, les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire doivent être reversés au budget de l’État dans un délai d’un mois à compter du paiement des prestations de l’assurance, conformément à la procédure définie par le ministre de la justice. Si une personne ne reverse pas ces coûts, ils doivent être recouvrés selon la procédure légale.  

Lorsque l’aide juridictionnelle secondaire a été accordée (article 12, point 6, de la loi), mais que les circonstances changent (article 11, paragraphe 2, point 1), la personne doit rembourser le montant de l’aide juridictionnelle secondaire à l’État, dans les délais impartis par le service compétent. Si elle ne le fait pas, les frais seront recouvrés selon la procédure légale applicable.  

Lorsqu’une aide juridictionnelle secondaire de 50 % est fournie et qu’un demandeur ne paie pas sa part de 50% des frais de la procédure civile ou administrative dans les délais impartis, l’affaire peut se terminer sans que le juge ne se prononce sur le bien-fondé de l’affaire, et le demandeur doit rembourser les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire dans les délais impartis par le service compétent. L’État sera représenté par le service de l’aide juridictionnelle.



Frais de traduction et d’interprétation


Étude de cas

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Cas A

Tous les documents de procédure et leurs annexes doivent être soumis à la juridiction dans la langue officielle de l’État.

Une partie dont les documents de procédure doivent être traduits dans une langue étrangère doit payer à l’avance une caution pour un montant défini par la cour ou le tribunal afin de couvrir les frais d’instance. Si les deux parties adressent la même demande, elles verseront la caution à parts égales.

Les personnes qui ne parlent pas la langue officielle se voient garantir le droit à des services d’interprétation/traduc-tion durant la procédure.

La cour ou le tribunal doit payer les traducteurs/interprètes sur les fonds du budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale


Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 4 – droit commercial – contrat - Lituanie

Dans cette étude de cas sur le droit commercial – droit des contrats, il a été demandé aux États membres de conseiller le vendeur au sujet des dépens de l'instance, pour examiner les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: une société a livré des marchandises d'une valeur de 20 000 EUR.  Le vendeur n'a pas été payé parce que l'acheteur considère que les marchandises ne correspondent pas à ce qui avait été convenu.

Le vendeur décide d'intenter une action en justice pour obtenir le parfait paiement du prix.

Cas B – Situation transnationale: une société dont le siège social est situé dans l'État membre B livre des marchandises d'une valeur de 20 000 EUR à un acheteur situé dans l'État membre A. La législation de l'État membre B est applicable au contrat, et celui-ci est rédigé dans la langue de l'État membre B. Le vendeur n'a pas été payé parce que l'acheteur situé dans l'État membre A considère que les marchandises ne correspondent pas à ce qui avait été convenu. Le vendeur décide d'intenter une action en justice dans l'État membre A pour obtenir le parfait paiement du prix prévu par le contrat signé avec l'acheteur.

Frais en Lituanie

Frais afférents aux instances, aux appels et autres modes de résolution des litiges


Étude de cas

Instance

Appels

Modes alternatifs de résolution des conflits

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Ce type d’affaire s’y prête-t-il?

Cas A

Droit de timbre à 3 %, mais pas moins de 50 litas (en réalité, lorsque la demande ne dépasse pas 100 000 litas ou 29 000 euros)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

Les frais d’instance:

1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Droit de timbre à 3 %, mais pas moins de 50 litas (en réalité, lorsque la demande ne dépasse pas 100 000 litas ou 29 000 euros)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

Les frais d’instance:

1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Oui



Frais d’avocats, d’huissiers et d’experts


Étude de cas

Avocat

La représentation est-elle obligatoire?

Coût moyen

Cas A

La représentation par un avocat n’est pas obligatoire

Voir la section sur la réglementation des honoraires des professions juridiques ci-dessus

Cas B



Étude de cas

Huissier de justice

Expert

Le recours à l’huissier est-il obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Le recours à l’expert est-il obligatoire?

Coût

Cas A

Non

Non

Non. Les huissiers n’interviennent qu’après l’émission de titres exécutoires

Coûts de l’exécution: 1) 600 litas si la dette s’élève de 50 000 litas (env. 15 000 euros) à 100 000 litas (env.29 000 litas); et 6% (avec un minimum de 4 000 litas) du montant de la dette exécutée pour la rétribution de l’huissier et les autres frais d’exécution, en fonction du type d’exécution et du montant des actions d’exécution;

2) la rétribution de l’huissier dépend du montant de la dette.

La cour ou le tribunal peut désigner un expert ou une expertise pour des questions qui nécessitent des connaissances spéciales en sciences, en médecine, en art, en ingénierie ou en artisanat, suivant l’avis des parties à la procédure.

Une caution d’un montant fixé par la juridiction doit être payée par la partie qui demande l’expertise. Le gouvernement ou une institution autorisée définit les dépenses maximales. La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Non

Non

Idem que dans le cas A



Frais d’indemnisation de témoins, gage ou caution et autres frais


Étude de cas

Indemnisation de témoins

Gage ou caution

Les témoins sont-ils indemnisés?

Coût

Les témoins sont-ils indemnisés?

Cas A

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

La juridiction doit tenir compte de la situation matérielle de la partie qui doit supporter ces coûts. Le montant dépend de la nature de l’action procédurale et ne peut pas dépasser 100 000 litas.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Étude de cas

Autres frais

Description

Coût

Cas A

Les autres frais comprennent: 1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus. Les dépenses relatives à la perquisition du défendeur doivent être imputées à la partie qui l’a réclamée ou à la juridiction.

Voir la section relative aux honoraires des huissiers.

Un tuteur a le droit de recevoir une rémunération pour représentation, conformément aux tarifs et à la procédure définis par le gouvernement ou son institution autorisée. Les frais de représentation sont supportés par la partie à l’initiative de laquelle le tuteur est désigné et qui doit payer à l’avance ses frais de représentation

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale



Coût de l’aide juridictionnelle et autres remboursements



Étude de cas

Aide juridictionnelle

Remboursement

Où et dans quelles conditions est-elle applicable?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Cas A

L’aide juridictionnelle n’est pas applicable.

La partie gagnante peut se faire rembourser les frais de procédure par la partie perdante.

Cas B


Frais de traduction et d’interprétation


Étude de cas

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Cas A

Tous les documents de procédure et leurs annexes doivent être soumis à la juridiction dans la langue officielle de l’État.

Les personnes qui ne parlent pas la langue officielle se voient garantir le droit à des services d’interprétation/traduction durant la procédure.

La cour ou le tribunal doit payer les traducteurs/interprètes sur les fonds du budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 5 – droit commercial –responsabilité - Lituanie

Dans cette étude de cas sur le droit commercial – droit de la responsabilité, il a été demandé aux États membres de conseiller le client au sujet des dépens de l'instance, pour examiner les situations suivantes:

Case A – Situation nationale: un fabricant d'équipements de chauffage livre un appareil de chauffage à un installateur. Celui-ci revend l'appareil à un client pour équiper sa maison (et l'installe). La maison prend feu peu après. Chacune des parties (le fabricant, l'installateur, le client final) est assurée. L'origine de l'incendie est contestée. Personne ne veut indemniser le client.

Le client décide de poursuivre en justice le fabricant, l'installateur et les compagnies d'assurances pour obtenir une indemnisation complète.

Case B – Situation transnationale: un fabricant d'équipements de chauffage établi dans l'État membre B livre un appareil de chauffage à un installateur situé dans l'État membre C. L'installateur revend l'appareil à un client dans l'État membre A pour équiper sa maison (et l'installe). La maison prend feu peu après. Chacune des parties (le fabricant, l'installateur, le client final) est assurée auprès d'une compagnie d'assurances dans son propre État membre. L'origine de l'incendie est contestée. Personne ne veut indemniser le client.

Le client décide d'intenter une action en justice dans l'État membre A contre le fabricant, l'installateur et la compagnie d'assurances dans l'État membre A pour obtenir une indemnisation complète.

Frais en Lituanie

Frais afférents aux instances, aux appels et autres modes de résolution des litiges


Étude de cas

Instance

Appels

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Frais d’instance initiaux

Frais d’acte

Autres frais

Cas A

Droit de timbre de 3 %, avec un minimum de 50 litas (en réalité,  lorsque la demande ne dépasse pas 100 000 litas ou 29 000 euros)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

Les frais d’instance:

1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Droit de timbre à 3 %, mais pas moins de 50 litas (en réalité, lorsque la demande ne dépasse pas 100 000 litas ou 29 000 euros)

Les participants à une procédure paient 10 litas pour une copie d’un document de procédure et 1 litas pour chaque page.

Les frais d’instance:

1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables



Frais d’avocats, d’huissiers et d’experts


Étude de cas

Avocat

La représentation est-elle obligatoire?

Coût moyen

Cas A

La représentation par un avocat n’est pas obligatoire

Voir la section sur la réglementation des honoraires des professions juridiques ci-dessus

Cas B



Étude de cas

Huissier de justice

Expert

Le recours à l’huissier est-il obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Le recours à l’expert est-il obligatoire?

Coût

Cas A

Non

Non

Non. Les huissiers n’interviennent qu’après l’émission de titres exécutoires

Coûts de l’exécution: 1) 600 litas si la dette s’élève de 50 000 litas (env. 15 000 euros) à 100 000 litas (env. 29 000 euros); et 6% (avec un minimum de 4 000 litas) du montant de la dette exécutée pour la rétribution de l’huissier et les autres frais d’exécution, en fonction du type d’exécution et du montant des actions d’exécution;

2) la rétribution de l’huissier dépend du montant de la dette.

La cour ou le tribunal peut désigner un expert ou une expertise pour des questions qui nécessitent des connaissances spéciales en sciences, en médecine, en art, en ingénierie ou en artisanat, suivant l’avis des parties à la procédure.

Une caution d’un montant fixé par la juridiction doit être payée par la partie qui demande l’expertise. Le gouvernement ou une institution autorisée définit les dépenses maximales. La cour ou le tribunal impute le paiement des frais de justice encourus par la partie gagnante à la partie adverse, même si cette dernière est exemptée du paiement des frais de justice qui sont supportés par le budget de l’État.

Cas B

Non

Non

Idem que dans le cas A



Frais d’indemnisation de témoins, gage ou caution et autres frais


Étude de cas

Indemnisation de témoins

Gage ou caution

Les témoins sont-ils indemnisés?

Coût

Ce dispositif existe-t-il et quand y a-t-on recours?

Coût

Cas A

Oui, les montants versés aux témoins sont ajoutés aux frais d’instance

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus.

La juridiction doit tenir compte de la situation matérielle de la partie qui doit supporter ces coûts. Le montant dépend de la nature de l’action procédurale et ne peut pas dépasser 100 000 litas.



Étude de cas

Autres frais

Description

Coût

Cas A

Les autres frais comprennent: 1) l’inspection d’un lieu; 2) la perquisition du défendeur; 3) la notification de documents de procédure; 4) l'exécution de la décision judiciaire; 5) le remboursement du travail du curateur; 6) les autres frais nécessaires et raisonnables

Voir la section relative aux honoraires des experts ci-dessus. Les dépenses relatives à la perquisition du défendeur doivent être imputées à la partie qui l’a réclamée ou à la juridiction.

Voir la section relative aux honoraires des huissiers.

Un tuteur a le droit de recevoir une rémunération pour représentation, conformément aux tarifs et à la procédure définis par le gouvernement ou son institution autorisée. Les frais de représentation sont supportés par la partie à l’initiative de laquelle le tuteur est désigné et qui doit payer à l’avance ses frais de représentation

Cas B



Coût de l’aide juridictionnelle et autres remboursements



Étude de cas

Aide juridictionnelle

Où et dans quelles conditions est-elle applicable?

Quand l’aide est-elle totale?

Conditions?

Cas A

L’aide primaire peut être réclamée comme indiqué dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’aide secondaire peut être accordée dans les conditions définies dans la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus.

L’État garantit 100% des coûts liés à l’aide juridictionnelle primaire.

Les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire tiennent compte du patrimoine et des revenus de la personne (voir la section relative à l’aide juridictionnelle ci-dessus)

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle primaire peuvent en faire la demande auprès de l’institution exécutive d’une municipalité, en fonction du lieu de résidence déclaré.  

Les personnes qui souhaitent bénéficier de l’aide juridictionnelle secondaire doivent en faire la demande, accompagnée des pièces justifiant la demande et attestant l’éligibilité à l’aide juridictionnelle secondaire.

Cas B

Idem que dans le cas A

Idem que dans le cas A

Idem que dans le cas A




Étude de cas

Remboursement

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Quels frais ne sont jamais remboursés?

Existe-t-il des cas dans lesquels l’aide juridictionnelle devrait être remboursée à l’organisme qui l’a apportée?

Cas A

La partie gagnante peut se faire rembourser les frais de procédure par la partie perdante.

Les frais de l’aide juridictionnelle garantie par l’État ne peuvent pas couvrir les frais que la juridiction impute à la partie perdante ni les frais encourus dans le cadre de l’exécution.

Lorsque la fourniture de l’aide juridictionnelle secondaire prend fin pour les raisons visées à l’article 23, paragraphe 1, points 1, 2 et 6, de la loi. Les coûts peuvent être recouvrés auprès de la personne à qui l’aide a été accordée conformément à la procédure définie par la loi.

Lorsque des prestations d’assurance sont versées après paiement des frais, les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire doivent être reversés au budget de l’État dans un délai d’un mois à compter du paiement des prestations de l’assurance, conformément à la procédure définie par le ministre de la justice. Si une personne ne reverse pas ces coûts, ils doivent être recouvrés selon la procédure légale.  

Lorsque l’aide juridictionnelle secondaire a été accordée (article 12, point 6, de la loi), mais que les circonstances changent (article 11, paragraphe 2, point 1), la personne doit rembourser le montant de l’aide juridictionnelle secondaire à l’État, dans les délais impartis par le service compétent. Si elle ne le fait pas, les frais seront recouvrés selon la procédure légale applicable.  

Lorsqu’une aide juridictionnelle secondaire de 50 % est fournie et qu’un demandeur ne paie pas sa part de 50% des frais de la procédure civile ou administrative dans les délais impartis, l’affaire peut se terminer sans que le juge ne se prononce sur le bien-fondé de l’affaire, et le demandeur doit rembourser les coûts de l’aide juridictionnelle secondaire dans les délais impartis par le service compétent. L’État sera représenté par le service de l’aide juridictionnelle.

Cas B

Idem que dans le cas A

Idem que dans le cas A



Frais de traduction et d’interprétation


Étude de cas

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif?

Cas A

Tous les documents de procédure et leurs annexes doivent être soumis à la juridiction dans la langue officielle de l’État.

Une partie dont les documents de procédure doivent être traduits dans une langue étrangère doit payer à l’avance une caution pour un montant défini par la cour ou le tribunal afin de couvrir les frais d’instance. Si les deux parties adressent la même demande, elles verseront la caution à parts égales.

Les personnes qui ne parlent pas la langue officielle se voient garantir le droit à des services d’interprétation/traduction durant la procédure.

La cour ou le tribunal doit payer les traducteurs/interprètes sur les fonds du budget de l’État.

Cas B

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale

Idem que dans la situation nationale


Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.