Upozorňujeme, že výchozí španělština verze této stránky byla v nedávné době aktualizována. Na překladu do jazyka, ve kterém se vám stránka právě zobrazuje, zatím pracujeme.
Swipe to change

Costs

Španělsko

This page gives information on the cost of proceedings in Spain. For a more in-depth analysis on the costs of proceedings, please consult the following case studies: FAMILY LAW-DIVORCE FAMILY LAW-CUSTODY FAMILY LAW-MAINTENANCE COMMERCIAL LAW-CONTRACTS COMMERCIAL LAW-LIABILITY

Obsah zajišťuje
Španělsko

Regulatory framework governing fees of legal professionals

Lawyers

In Spain there is only one category of lawyer (abogado) who, after becoming a member of the professional association of the place, can appear in any type of proceedings and before any type of court.

Lawyers set their fees according to guidelines published by their professional association. These rules are based on general criteria for drawing up lawyers’ bills, such as the complexity of the case, proportionality, etc., and are followed by all lawyers when issuing their bills.

These rules always distinguish between the separate court systems in which litigation takes place.

Fixed fees

Fixed fees in civil proceedings

Fixed fees for litigants in civil proceedings

Article 241(1)(1) of the Code of Civil Procedure (Ley de Enjuiciamiento Civil) specifically covers lawyers’ fees for cases where the assistance of a lawyer is mandatory. These fees are included as an item in calculating costs.

The Code of Civil Procedure provides for lawyers to set their fees subject to the rules governing their profession.

Stage of the civil proceedings at which fixed fees must be paid:

A client is always required to pay fees to his or her lawyer. The client has a rough idea of the sum involved from the outset but the exact amount of the lawyer’s bill has to be established once litigation has ended. The lawyer can claim payment from the client, including through special procedures such as an advance on fees (provisión de fondos, while the proceedings last) or a final statement of accounts (jura de cuentas, once concluded).

In practice, what usually happens is that the client initially pays an amount in advance and then awaits a decision on costs. In cases where the other party has to pay the fees, the lawyer and legal representative present their fees to the court, and once the fees are approved they are paid by the opposing party.

Since Law 10/2012 came into force, a court fee must be paid.

What is a court fee?

It is a national tax that must be paid in certain cases by users, whether natural or legal persons, for going to court and making use of the public service of the administration of justice. The Ministry of Finance and Public Administration is legally responsible for managing this tax. The requirement to pay this fee was introduced on 1 April 2003 and it is currently governed by Law 10/2012 of 20 November 2012, as amended by Royal Decree 3/2013 of 22 February 2013 concerning certain fees in the context of the administration of justice and the National Institute of Toxicology and Forensic Science.

Cases in which payment of this fee is mandatory (chargeable event)

Under Article 1 of Law 10/2012, the fee for the exercise of judicial power in civil, administrative (contencioso-administrativo) and employment cases is a national fee that is uniformly chargeable throughout Spain in the circumstances provided for by that Law, without prejudice to the fees and other taxes charged by the Autonomous Communities in the exercise of their respective financial powers. These may not be levied on the same chargeable event.

Under Article 2, the chargeable event for the fee is the exercise of judicial power generated by the following procedural steps:

  • Bringing of an action in any type of proceedings for a full judgment and proceedings for the enforcement of out-of-court enforceable instruments in civil cases, the filing of a counterclaim and the initial application for the order for payment procedure and the European order for payment procedure.
  • Filing for compulsory insolvency and ancillary claims in bankruptcy proceedings.
  • Lodging of proceedings in administrative court cases.
  • Lodging of an extraordinary appeal for breach of procedure in civil proceedings.
  • Lodging of appeals (apelación or casación) in civil and administrative court cases.
  • Lodging of appeals (suplicación or casación) in employment cases.
  • Objection to the enforcement of judicial instruments.

Who is required to pay the court fee?

Article 3 states that anyone who instigates the exercise of judicial power that produces the chargeable event is liable for payment of the fee.

For the purposes of the preceding paragraph, a single chargeable event is deemed to have occurred when the document instituting the procedural step that constitutes the chargeable event covers several main actions that do not originate from the same instrument. In this case, the amount of the fee is calculated by adding together the amounts for each of the joined actions.

The fee can be paid by the legal representative (procurador) or lawyer (abogado) in the name and on behalf of the taxable person, in particular if the latter is not resident in Spain. A non‑resident need not obtain a tax identification number with a view to self-assessment. Neither the legal representative nor the lawyer bears tax liability for this payment.

Exemptions:

  • Exemptions for categories of action:
    • Bringing of an action and lodging of subsequent appeals relating to cases of capacity, filiation, matrimony and minors covered by Title I of Book IV of the Code of Civil Procedure. However, proceedings covered by Chapter IV of the above Title and Book of the Code of the Civil Procedure that are not initiated by common consent or by one of the parties with the agreement of the other, even when minors are involved (unless the measures requested only concern minors) are liable for payment of the fee.
    • Bringing of an action and lodging of subsequent appeals involving proceedings specifically set up to protect fundamental rights and public freedoms, and also appeals against the conduct of the election administration.
    • Filing for voluntary insolvency by the debtor.
    • Lodging of administrative proceedings by public servants in defence of their statutory rights.
    • Lodging of the initial application for the order for payment procedure and the request for a full judgment to claim the amount involved where it does not exceed €2 000. This exemption does not apply when the claim in these procedures is based on a document that takes the form of an out-of-court enforceable instrument pursuant to Article 517 of the Code of Civil Procedure (Law 1/2000 of 7 January 2000).
    • Lodging of administrative court proceedings challenging the administration's failure to respond or lack of action.
    • Bringing of an action for the enforcement of awards decided by the Consumer Arbitration Boards.
    • Actions which, subject to authorisation by a Commercial Court, are brought by the insolvency administrators in the interest of the insolvency estate.
    • Proceedings for judicial division of estates, except in cases where an objection is raised or there is dispute over the inclusion or exclusion of assets. The fee is payable for the hearing and for the amount disputed or that arising from a challenge to the distribution of the estate by an opponent. If both parties object, each is charged for their respective amount.
  • Exemptions for categories of persons:
    • Persons who are entitled to legal aid and can demonstrate that they meet the statutory requirements.
    • The Public Prosecutor’s Office.
    • The General Administration of the State and of the Autonomous Communities, the local authorities and all public bodies under their authority.
    • The Spanish Parliament and the Legislative Assemblies of the Autonomous Communities.

Lastly, in the area of employment law, workers, whether they are employees or self-employed, are entitled to an exemption of 60% of the amount of the fee chargeable for filing appeals. In administrative cases, public officials acting in defence of their statutory rights are entitled to a 60% exemption of the amount of the fee chargeable for filing appeals.

Fixed fees in criminal proceedings

Fixed fees for litigants in criminal proceedings

This is governed by the Code of Civil Procedure.

Anyone charged with a punishable offence or who has been subject to arrest or any other precautionary measure or is to be brought to trial may exercise the right of defence, acting in the proceedings, whatever they may be, as soon as he or she is advised of their existence, and accordingly will be informed of this right.

In order to exercise this right, the parties concerned must be represented by a legal representative (procurador) and defended by a lawyer (abogado), who are appointed by the court where the parties concerned have not appointed any themselves and make a request to that effect, and in any case where the parties have no legal competence to do this.

All those who are party to a case and whose right to legal aid has not been recognised will be required to pay the fees of the legal representatives who represent them, those of the lawyers who defend them, those of the experts who advise at their request and the compensation for witnesses who may appear in court, where experts and witnesses, at the time of testifying, have filed their claim and the court accepts it.

They will not be required to pay the other costs of proceedings either during the case or after it has finished, unless they are ordered to do so by the court.

Any legal representative appointed by the parties in a case and who agrees to represent them will be required to pay the fees to the lawyers whom the clients have appointed for their defence.

Parties entitled to legal aid may also appoint a lawyer and legal representative of their choice. However, in this case, the parties will be required to pay them their fees, as in the case of parties who are not entitled to legal aid, unless the freely appointed legal professionals waive their fees as provided for in Article 27 of the Law on Legal Aid (Ley de Asistencia Jurídica Gratuita).

Stage of the criminal proceedings at which fixed fees must be paid

The client is always required to pay the bills that are issued once the proceedings have ended. There is no advance payment of money when court-appointed lawyers are used because legal aid is normally processed at the same time.

It should be noted that court-appointed lawyers are very widely used. So, if the client is entitled to legal aid, he or she does not have to pay the lawyer’s fees and the State will pay the bill unless the client’s financial situation improves within a period of three years (usually they do not pay anything).

Information which must be provided by legal representatives

Rights and obligations of the parties

As the representative of the party, the legal representative (procurador) has a duty to inform the client of all the procedural steps.

Both the lawyer and the legal representative have a duty to inform the client as often as the the client so requests.

Costs

Where can I find information on costs in Spain?

There is no specific internet page where information can be found on costs of legal proceedings in Spain. Nevertheless, there are web pages, such as those of the bar associations, which provide information on the fees of their members.

In which languages can information on costs in Spain be obtained?

The information is usually provided in Castilian Spanish. It is also possible to find information in the official languages of the Autonomous Communities.

Some pages also provide certain information in English.

Where can I find information on mediation?

Please refer to the factsheets 'Mediation in Member States — Spain' and 'Find a mediator — Spain'.

Value Added Tax

How is this information provided?

The Spanish Tax Agency provides this information on itsWeb page.

Which rates are applicable?

The Spanish Tax Agency provides this information on itsWeb page.

Legal Aid

What is it?

Pursuant to Article 119 of the Spanish Constitution, legal aid is a procedure whereby those who can demonstrate a lack of sufficient financial means are granted a series of benefits mainly consisting of exemption from payment of lawyers’ and legal representatives’ fees and costs arising from expert testimonies, guarantees, etc.

Broadly speaking, the right to legal aid includes the following benefits:

  • free advice and guidance prior to the start of proceedings;
  • access to a lawyer by the person under arrest or the prisoner;
  • free defence and representation by a lawyer and legal representative during the legal proceedings;
  • free publication in the course of the proceedings of announcements and edicts that must be published in official gazettes;
  • exemption from the payment of deposits for the lodging of appeals;
  • free assistance from experts during proceedings;
  • free procurement of copies, testimonies, instruments and notarial certificates;
  • 80% reduction in fees for certain notarial actions;
  • 80% reduction in fees for certain actions carried out in relation to the Land and Commercial Registers.

For cross-border disputes only (after reform of the Legal Aid Law by Law 16/2005 of 18 July 2005, which brought it into line with Directive 2002/8/EC), the following items have been included in the above rights:

  1. Interpretation services.
  2. Translation of documents.
  3. Travel costs where an appearance in person is required.
  4. Defence by a lawyer and representation by a legal representative even where unnecessary, if the court requires this in order to guarantee equality of the parties.

Who can request it?

In general, it can be requested by citizens who are involved in or about to initiate any kind of legal proceedings and who lack sufficient financial means to carry out the litigation.

Natural persons are deemed to have insufficient resources when they can provide evidence that all the components of their annual resources and revenue, calculated by family unit, do not exceed twice the Public Index of Income (IPREM) applicable at the time of application.

For legal persons to qualify for legal aid, their taxable base for corporate tax must be lower than the amount which is equivalent to three times the annual calculation for the IPREM.

In any case, other external signs that demonstrate the real financial capacity of the applicant will be taken into account.

There are exceptions for natural persons based on disabilities and/or other family circumstances that allow the above income limits to be exceeded. (Under the terms of the Twenty-Eighth Additional Provision of the General State Budget Act (LPGE) for 2009, the IPREM stood at €7 381.33 per annum in 2009).

Specifically, the following are entitled to legal aid:

  1. Spanish citizens, nationals of other Member States of the European Union and any foreigners resident in Spain, where they can demonstrate insufficient means for litigation.
  2. Managing bodies and common services of the social security system.
  3. The following legal persons, where they can demonstrate insufficient means for litigation:

Non-profit organisations.

Foundations registered in the corresponding administrative register.

  1. In employment proceedings: all employees and beneficiaries of the social security system.
  2. In criminal proceedings: all citizens, including foreigners, who can demonstrate insufficient means for litigation, even where they do not legally reside in Spain, are entitled to legal aid and defence and representation free of charge.
  3. In administrative court proceedings: all foreign citizens who can demonstrate insufficient means for litigation, even where they do not reside legally in Spain, are entitled to legal aid in all proceedings relating to applications for asylum and the Law on Foreign Nationals (including preliminary administrative proceedings).

Further information

Requirements for applying for legal aid

Natural persons:

All the components of the person’s annual resources and revenue, calculated by family unit, must not not exceed twice the Public Index of Income (IPREM) applicable at the time of application.

The Legal Aid Commission may exceptionally decide to grant the right to legal aid where the resources exceed double the IPREM but do not exceed four times the IPREM and, based on the circumstances of the applicant's family, number of children or family members under their charge, state of health, disability, financial obligations, costs arising from the initiation of the proceedings or other circumstances and in any case where the applicant holds the status of relative in the ascending line of a special‑category large family.

The litigant must be defending their own rights and interests.

Legal persons:

The legal person must be a non-profit organisation or foundation registered in the corresponding administrative register.

Its taxable income for corporate tax must be less than the amount equivalent to three times the annual calculation of the IPREM.

With the entry into force of Organic Law 1/2004 of 28 December 2004 on Comprehensive Protective Measures against Gender‑Based Violence (Ley Orgánica 1/2004 de Medidas de Protección Integral contra la Violencia de Género), women who are victims of gender-based violence are granted full legal aid immediately, not only in all legal proceedings but also in administrative court proceedings (police inquiries are therefore included) motivated by gender-based violence, until such time as a judgment is delivered, without being required to apply for legal aid beforehand. This means that the issue of legal aid will never hinder the right to defence and to effective judicial protection, which will be offered to the victim irrespective of whether an application for legal aid has been filed. However, this is on the understanding that such legal aid is given only where the party concerned can demonstrate, a posteriori or during the course of the legal proceedings that the circumstances actually exist for entitlement to legal aid, as required by the general rules contained in the Law on Legal Aid and accompanying Regulations, amended to this effect by the Sixth Final Provision of Organic Law 1/2004.

When does the losing party have to pay the costs of the proceedings?

Articles 394 to 398 of the Code of Civil Procedure cover the order to pay costs in civil proceedings.

In actions for a full judgment, the costs of first instance are payable by a party whose claims have all been dismissed, unless the case raises serious matters de facto or de jure to be clarified.

If claims are granted or dismissed in part, each party pays its costs and half the joint costs, unless there are grounds for imposing them on one of the parties because of reckless litigation.

Where the costs are imposed on the losing party, he or she will be required to pay, for the part corresponding to lawyers and other legal professionals not subject to rates or scales, only a total amount of no more than one third of the sum at issue for each of the litigants that have secured the decision. For these purposes only, claims on which no value can be put will be valued at €18 000, unless the court determines otherwise because of the complexity of the case.

The provisions in the preceding paragraph do not apply if the court declares that the litigant ordered to pay the costs has acted recklessly.

Where the party ordered to pay the costs is entitled to legal aid, he or she will be required to pay the costs occasioned by the defence of the interests of the opposing party only in cases specifically indicated in the Law on Legal Aid.

In no circumstances will costs be imposed on the Public Prosecutor’s Office in proceedings to which it is party.

Experts' fees

Experts used in the proceedings are known as ‘peritos’. A Register of Legal Experts can be found at each High Court.

Article 241(1)(4) of the Code of Civil Procedure covers, as a specific item to be included in calculating costs, the ‘fees of experts and other payments which may have to be paid to persons playing a part in the proceedings’. This refers to costs incurred by persons who, although not a party to the proceedings, have certain expenses as a result of attending the proceedings to provide some service.

Article 243 of the Code of Civil Procedure stipulates that in all proceedings and actions, costs are calculated by the clerk of the court that heard the case or appeal. Any fees corresponding to writs and documents relating to proceedings which are unnecessary, superfluous or not authorised by law, or items in lawyers’ fees which are not listed in detail or which refer to fees that have not been earned in the litigation are not included in the calculation.

The court clerk will reduce the amount of lawyers’ and other legal professionals’ fees not subject to rates or scales if the fees claimed exceed one third of the sum at issue and no recklessness by the litigant ordered to pay the costs has been declared.

The costs of actions or incidental steps for which the winning party has expressly been ordered to pay by the decision on costs in the main proceedings are not included either.

Translators’ and interpreters’ fees

There is no official rate applicable to sworn translation and interpretation services. Sworn interpreters are free to set the fees charged for their interpretation services but they are required to inform the language interpretation office and the corresponding Government Sub‑Delegation of their rates. This information must be provided in January of each year.

Related links

Agencia estatal de la administración tributaria de España/IVA

Related Attachments

Spanish Review on the Study of Transparency of Costs PDF (640 Kb) en

Last update: 08/11/2019

The national language version of this page is maintained by the respective Member State. The translations have been done by the European Commission service. Possible changes introduced in the original by the competent national authority may not be yet reflected in the translations. The European Commission accepts no responsibility or liability whatsoever with regard to any information or data contained or referred to in this document. Please refer to the legal notice to see copyright rules for the Member State responsible for this page.
Member States in charge of the management of national content pages are in the process of updating some of the content on this website in the light of the withdrawal of the United Kingdom from the European Union. If the site contains content that does not yet reflect the withdrawal of the United Kingdom, it is unintentional and will be addressed.

Étude de cas n° 1 – droit de la famille - divorce - Espagne

Dans la présente étude de cas relative au droit de la famille et en particulier au divorce, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie demandant le divorce au sujet des frais de justice dans les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: un couple se marie. Par la suite, les époux se séparent et conviennent de divorcer.

Cas B – Situation transnationale: deux ressortissants d'un même État membre (État membre A) se marient. Le mariage est célébré dans l'État membre A. Par la suite, les époux partent vivre et travailler dans un autre État membre (État membre B), dans lequel ils établissent leur résidence. Peu après, le couple se sépare; la femme retourne dans l'État membre A, tandis que le mari reste dans l'État membre B. Le couple convient de divorcer. Dès son retour dans l'État membre A, la femme introduit une demande de divorce auprès d'une juridiction de l'État membre B.

Frais en Espagne

Frais afférents aux instances, aux appels et aux autres modes de résolution des litiges

Étude de cas

Juridiction

Appels

Autres modes de résolution des litiges

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Cette option est-elle possible pource type de cas?

Frais

Cas A

Frais initiaux – Provisions versées à l’avocat et à l’avoué, sauf si la partie bénéficie de l'aide juridique gratuite (réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Le divorce par consentement mutuel est l'une des situations exemptées de la taxe judiciaire; en revanche, si le divorce est contentieux, la taxe est exigible, sauf si les mesures sollicitées concernent exclusivement des mineurs.

Il s'agit des frais de procédure généraux. Ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions sont rejetées (principe de la partie perdante), sauf si le cas présente de sérieux doutes en fait ou en droit (article 394, paragraphe 1, du code de procédure civile). Si l’acceptation ou le rejet est partiel(le), chaque partie supporte ses propres frais et la moitié des frais communs.

Le principe de la partie perdante (article 394, paragraphe 2, du code de procédure civile) s'applique en cas de divorce contentieux.

Frais liés aux experts et à l’obtention de copies, de témoignages, d'actes notariés ou extraits de registres publics.

Identiques à ceux de la première instance.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

En Espagne, la médiation est prévue dans le cadre des affaires familiales, les compétences y afférentes revenant aux communautés autonomes.

En principe, les communautés autonomes ont prévu la médiation à titre gratuit.

Cas B

Frais initiaux – Provisions versées à l’avocat et à l’avoué, sauf si la partie bénéficie de l'aide juridique gratuite (réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Le divorce par consentement mutuel est l'une des situations exemptées de la taxe judiciaire; en revanche, si le divorce est contentieux, la taxe est exigible, sauf si les mesures sollicitées concernent exclusivement des mineurs.

Il s'agit des frais de procédure généraux. Ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions sont rejetées (article 394, paragraphe 1, du code de procédure civile) dans le cas d’un divorce contentieux.

Offres de preuves, élaboration de la convention de divorce.

La partie qui introduit un recours devra verser un acompte, sauf si elle bénéficie de l'aide juridique gratuite.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

En Espagne, la médiation est prévue dans le cadre des affaires familiales, les compétences y afférentes revenant aux communautés autonomes.

Montants versés aux professionnels qui interviennent dans la procédure.

Honoraires des avocats, des administrateurs judiciaires et des experts

Étude de cas

Avocats

Administrateurs judiciaires

Experts

La représentation est-elle obligatoire?

Frais

La représentation est-elle obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Intervention obligatoire?

Frais

Cas A

Les parties doivent être assistées par un avocat ou représentées par un avoué (article 750 du code de procédure civile).

Une provision sur honoraires doit être versée à l’avocat et à l’avoué et, le cas échéant, la partie perdante devra supporter les dépens à l'issue de la procédure (si celle-ci est contentieuse).

Les parties ne sont pas représentées.

Pas de frais.

Pas de frais.

Ils n’interviennent généralement pas, du fait de la nature de cette procédure.

Pas de frais.

Cas B

Les parties doivent être assistées par un avocat ou représentées par un avoué (article 75 du code de procédure civile).

Une provision sur honoraires doit être versée à l’avocat et à l’avoué et, le cas échéant, la partie perdante devra supporter les dépens à l'issue de la procédure (si celle-ci est contentieuse).

Les parties ne sont pas représentées.

Pas de frais.

Pas de frais.

Ils n’interviennent généralement pas, du fait de la nature de cette procédure.

Pas de frais.

Frais liés aux témoins, provisions ou garanties et autres frais

Étude de cas

Indemnisation des témoins

Provisions

Autres frais

Les témoins sont-ils indemnisés?

Frais

Ce dispositif existe-t-il et quand et comment y a-t-on recours?

Frais

Description

Frais

Cas A

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Une partie est incluse dans le paiement des dépens.

Aucun versement préalable n’est demandé.

Pas de frais.

Attestations du registre civil, certificats de mariage ou attestant l’existence d’enfants, documents attestant du droit du ou des conjoints (article 777, paragraphe 2, du code de procédure civile).

Ceux exigibles.

Cas B

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Une partie est incluse dans le paiement des dépens.

Aucun versement préalable n’est demandé.

Pas de frais.

Attestations du registre civil, certificats de mariage ou attestant l’existence d’enfants, documents attestant du droit du ou des conjoints (article 777, paragraphe 2, du code de procédure civile).

Ceux exigibles.

Coût de l'aide juridique gratuite et autres remboursements

Étude de cas

Aide juridique gratuite

Remboursements

Quand et à quelles conditions est-elle octroyée?

Quand est-elle totale?

Conditions?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Cas A

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques peuvent démontrer que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l’indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM) en vigueur au moment de la demande.

Elle doit s'en tenir à l’accord conclu avec son avocat, le cas échéant.

Cas B

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques peuvent démontrer que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l’indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM) en vigueur au moment de la demande.

Elle doit s'en tenir à l’accord conclu avec son avocat, le cas échéant.

Frais d’interprétation et de traduction

Étude de cas

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Cas A

Cas B

Tous les documents publics ou privés étrangers dont la traduction est nécessaire en vertu des conditions légales établies

(traduction par un traducteur assermenté officiellement reconnu).

Les traducteurs fixent eux-mêmes leurs tarifs.

Interprètes pour la procédure, si nécessaire.

Les interprètes fixent eux-mêmes leurs tarifs.

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 2 – droit de la famille – garde des enfants - Espagne

Dans la présente étude de cas relative au droit de la famille et en particulier à la garde des enfants, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie demandant le divorce au sujet des frais de justice dans les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: deux personnes ont vécu ensemble sans être mariées pendant plusieurs années. Par la suite, elles se séparent, lorsque leur enfant a trois ans. Une juridiction accorde par jugement la garde de l'enfant à la mère et un droit de visite au père. La mère intente une action en justice pour limiter le droit de visite accordé au père.

Cas B – Situation transnationale du point de vue d'un avocat exerçant dans l'État membre A: deux personnes ont vécu ensemble sans être mariées dans un État membre (État membre B) pendant plusieurs années. Elles ont eu un enfant, mais se sont séparées immédiatement après la naissance de celui-ci. Une juridiction de l'État membre B accorde par jugement le droit de garde de l'enfant à la mère et un droit de visite au père. Le jugement les y autorisant, la mère et l'enfant partent vivre dans un autre État membre (État membre A), tandis que le père reste dans l'État membre B. Quelques années plus tard, la mère intente une action en justice dans l'État membre A pour faire changer le droit de visite du père.

Frais en Espagne

Frais afférents aux instances, aux appels et aux autres modes de résolution des litiges

Cas pratique

Juridiction

Appels

Autres modes de résolution des litiges

Frais initiaux

Frais généraux

Frais initiaux

Cette option est-elle possible dans ce type de cas?

Cas A

Frais initiaux – versement de provisions sur honoraires à l’avocat et à l’avoué, sauf si la partie bénéficie de l'aide juridique gratuite (réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Si la procédure concerne exclusivement le droit de garde des enfants, la taxe n'est pas exigible (article 4, paragraphe 1, de la loi n°10/2012)

Il s'agit des frais de procédure généraux. Ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions ont été rejetées (article 349, paragraphe 1, du code de procédure civile), après taxation appropriée des dépens.

La partie qui introduit un recours doit verser un acompte, sauf si elle bénéficie de l'aide juridique gratuite (quinzième disposition additionnelle de la loi organique relative au pouvoir judiciaire, LOPJ).

Si la procédure concerne exclusivement le droit de garde des enfants, la taxe n'est pas exigible (article 4, paragraphe 1, de la loi n°10/2012)

Les parties ont la possibilité de convenir d’un autre régime de visites. Celui-ci doit être consigné dans la convention de divorce, qui sera soumise pour avis au ministère public et pour approbation à l'autorité judiciaire.

Les parties, d'un commun accord, pourront demander une suspension et avoir recours à une médiation, conformément à la loi n° 5/2012 du 6 juillet 2012.

Les services de médiation peuvent être contactés via le portail de l'administration de la justice. La médiation intra-judiciaire par les organes judiciaires est gratuite.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Honoraires des avocats, des administrateurs judiciaires et des experts

Cas pratique

Avocats

Administrateurs judiciaires

Experts

La représentation est-elle obligatoire?

Frais

La représentation est-elle obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Intervention obligatoire?

Cas A

Les parties doivent être assistées par un avocat ou représentées par un avoué (article 75 du code de procédure civile).

Si elles y consentent mutuellement, elles peuvent faire appel au même avocat et au même avoué.

Une provision sur honoraires doit être versée à l’avocat et à l’avoué et, le cas échéant, la partie perdante doit supporter les dépens à l'issue de la procédure (si celle-ci est contentieuse).

Les parties ne sont pas représentées.

Pas de frais.

Pas de frais.

L’intervention de certains spécialistes (psychologues) peut s'avérer nécessaire.

Dans ce cas, les frais reviennent à la partie qui en fait la proposition, sauf s'il s'agit du service psycho-social associé au tribunal.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais d'indemnisation des témoins, provisions ou garanties et autres frais

Cas pratique

Indemnisation des témoins

Dépôts

Autres frais

Les témoins sont-ils indemnisés?

Frais

Cela existe-t-il et quand et comment est-ce mis en œuvre?

Frais

Description

Cas A

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Une partie est incluse dans le paiement des dépens.

Aucun versement préalable n’est demandé.

Pas de frais.

Certificats du registre civil correspondants, tels que les certificats de naissance (actuellement gratuits) ou autres documents attestant des droits, en fonction des frais applicables.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Coût de l'aide juridique gratuite et autres remboursements

Cas pratique

Aide juridique gratuite

Remboursements

Quand et à quelles conditions l'aide s'applique-t-elle?

Conditions?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Existe-t-il des cas dans lesquels les dépenses encourues pour l'aide juridique sont remboursées à l'organisme qui l'a apportée?

Cas A

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques démontrent que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l'indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM), en vigueur au moment de la demande.

Elle doit s'en tenir à l’accord conclu avec son avocat, le cas échéant. Dans le cas contraire, les frais sont imputés, sauf exception, à la partie dont toutes les prétentions ont été rejetées (conformément à l'article 394 du code de procédure civile).

Les frais remboursables sont la note d'honoraires de l'avocat, pour autant que celle-ci ne dépasse pas le tiers du montant du litige, ainsi que les droits des avoués et, le cas échéant, les autres droits, sur la base de la taxation des dépens.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais d’interprétation et de traduction

Cas pratique

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Cas B

Tous les documents publics ou privés étrangers dont la traduction est nécessaire en vertu des conditions légales existantes

(traduction par un traducteur assermenté officiellement reconnu).

Les tarifs des interprètes peuvent varier.

Interprètes requis, le cas échéant, pour la procédure, c'est-à-dire lorsqu'une personne qui ne connaît pas la langue utilisée est interrogée ou fait une déposition, ou qu'il faut lui signifier un jugement. Si la juridiction fait elle-même appel à l'interprète, aucun paiement n'est requis. Toute personne connaissant la langue dont il s'agit peut être mandatée comme interprète, sous réserve qu'elle s'engage sous serment ou par déclaration sur l'honneur à traduire fidèlement.

Dans les autres cas, les tarifs des interprètes sont variables.

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 3 – droit de la famille – pension alimentaire - Espagne

Dans la présente étude de cas relative au droit de la famille et en particulier à la pension alimentaire, il a été demandé aux États membres de conseiller la partie demandant le divorce au sujet des frais de justice dans les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: deux personnes ont vécu ensemble sans être mariées pendant plusieurs années. Lorsqu'elles se séparent, leur enfant a trois ans. Une juridiction accorde par jugement la garde de l'enfant à la mère. Le seul point litigieux en suspens porte sur le montant de la pension alimentaire due à la mère par le père pour contribuer à l'entretien et à l'éducation de l'enfant. La mère intente une action en justice sur ce point.

Cas B – Situation transnationale du point de vue d'un avocat exerçant dans l'État membre A: deux personnes ont vécu ensemble sans être mariées dans un État membre (État membre B), ont un enfant de trois ans. Ils se séparent. Une juridiction de l'État membre B accorde par jugement la garde de l'enfant à la mère. Avec le consentement du père, la mère et l'enfant partent vivre dans un autre État membre (État membre A), où ils établissent leur résidence.

Un point litigieux reste en suspens. Il porte sur le montant de la pension alimentaire due à la mère par le père pour contribuer à l'entretien et à l'éducation de l'enfant. La mère intente une action en justice sur ce point dans l'État membre A.

Frais en Espagne

Frais afférents aux instances, aux appels et aux autres modes de résolution des litiges

Cas pratique

Juridiction

Appels

Autres modes de résolution des litiges

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Cette option est-elle possible dans ce type de cas?

Frais

Cas A

Frais initiaux – provisions versées à l’avocat et à l’avoué, sauf si la partie bénéficie de l'aide juridique gratuite (réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Il s'agit des frais de procédure généraux. En cas de divorce contentieux, ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions sont rejetées (article 394, paragraphe 1, du code de procédure civile).

En matière de famille, selon la jurisprudence constante, aucune partie n'est condamnée aux dépens, mais ceux-ci sont divisés en deux, chacune des parties supportant uniquement ses propres dépens. Cela n'exclut pas, dans certains cas, de voir condamnée aux dépens la partie dont les prétentions ont été rejetées.

Si l'acceptation des prétentions est partielle, chaque partie supporte uniquement ses propres dépens.

Si la procédure concerne exclusivement le versement de la pension alimentaire en faveur du mineur, la taxe n'est pas exigible (article 4, paragraphe 1, de la loi n° 10/2012).

Offres de preuves, élaboration de la convention de divorce.

Si l'une des parties propose une expertise, elle doit s'acquitter des frais y afférents. Le montant de la convention de divorce (en cas de consentement mutuel) est habituellement compris dans le total des honoraires dus à l'avocat.

La partie qui introduit un recours doit effectuer un versement anticipé, sauf si elle bénéficie de l'aide juridique gratuite.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Les parties peuvent s'accorder sur la rédaction d'une convention de divorce dans laquelle elles fixent de façon volontaire le montant de la pension alimentaire. Cette convention est soumise pour avis au ministère public et pour approbation à l'autorité judiciaire.

Honoraires versés aux professionnels intervenant dans la procédure de négociation.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Honoraires des avocats, des administrateurs judiciaires et des experts

Cas pratique

Avocats

Administrateurs judiciaires

Experts

La représentation est-elle obligatoire?

Frais

La représentation est-elle obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Intervention obligatoire?

Frais

Cas A

Les parties doivent être assistées par un avocat ou représentées par un avoué (article 75 du code de procédure civile).

Si elles y consentent mutuellement, elles peuvent faire appel au même avocat et au même avoué.

Une provision sur honoraires doit être versée à l’avocat et à l’avoué et, le cas échéant, la partie perdante doit supporter les dépens à l'issue de la procédure (si celle-ci est contentieuse).

Les parties ne sont pas représentées.

Ils n'interviennent pas dans cette procédure.

Pas de frais.

Pas de frais.

Ils n’interviennent généralement pas, du fait de la nature de cette procédure.

Pas de frais.

Si l'une des parties propose une expertise, elle doit s'acquitter des frais y afférents, sauf s'il s'agit du service psycho-social associé au tribunal.

Cas B

Les parties doivent être assistées par un avocat ou représentées par un avoué (article 75 du code de procédure civile).

Si elles y consentent mutuellement, elles peuvent faire appel au même avocat et au même avoué.

Une provision sur honoraires doit être versée à l’avocat et à l’avoué et, le cas échéant, la partie perdante devra supporter les dépens à l'issue de la procédure (si celle-ci est contentieuse).

Les parties ne sont pas représentées.

Il n'y en a pas dans cette procédure.

Pas de frais.

Pas de frais.

Ils n’interviennent généralement pas, du fait de la nature de cette procédure.

Pas de frais.

Si l'une des parties propose une expertise, les frais d'expert devront être acquittés, sauf s'il s'agit du service psycho-social associé au tribunal.

Frais d'indemnisation des témoins, provisions ou garanties et autres frais

Cas pratique

Indemnisation des témoins

Provisions

Autres frais

Les témoins sont-ils indemnisés?

Frais

Cela existe-t-il et quand et comment est-ce mis en œuvre?

Frais

Description

Frais

Cas A

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Une partie est incluse dans le paiement des dépens.

Aucun versement préalable n’est demandé.

Pas de frais.

Extraits certifiés du registre civil, certificats de mariage ou attestant l’existence d’enfants, documents attestant des droits. Ils sont actuellement gratuits (article 777, paragraphe 2, du code de procédure civile).

Frais exigibles.

Cas B

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Une partie est incluse dans le paiement des dépens.

Aucune provision n’est demandée.

Pas de frais.

Certifications du registre civil, certificats de mariage ou attestant l’existence d’enfants, documents attestant des droits. Ils sont actuellement gratuits (article 777, paragraphe 2, du code de procédure civile).

Frais exigibles.

Coût de l'aide juridique gratuite et autres remboursements

Cas pratique

Aide juridique gratuite

Remboursements

Quand et à quelles conditions l'aide s'applique-t-elle?

À quelles conditions l’aide est-elle totale?

Conditions?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Cas A

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques démontrent que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l’indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM), en vigueur au moment de la demande.

L’IPREM est un indice de référence utilisé en Espagne pour l'octroi d'aides, de bourses, de subventions et d'allocations de chômage, entre autres. Il est possible de le calculer via la page Le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.http://www.iprem.com.es/.

Oui, si la partie adverse est condamnée aux dépens.

Cas B

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques démontrent que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l’indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM), en vigueur au moment de la demande.

L’IPREM est un indice de référence utilisé en Espagne pour l'octroi d'aides, de bourses, de subventions et d'allocations de chômage, entre autres. Il est possible de le calculer via la page Le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.http://www.iprem.com.es/.

Oui, si la partie adverse est condamnée aux dépens.

Frais d’interprétation et de traduction

Cas pratique

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Cas A

Cas B

Tous les documents publics ou privés étrangers dont la traduction est nécessaire en vertu des conditions légales existantes (traduction par un traducteur assermenté officiellement reconnu).

Les traducteurs fixent eux-mêmes leurs tarifs.

Interprètes requis, le cas échéant, pour la procédure

Les interprètes fixent eux-mêmes leurs tarifs.

Si la juridiction fait elle-même appel à l'interprète, aucun paiement n'est requis.

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 4 – droit commercial – contrat - Espagne

Dans la présente étude de cas relative au droit commercial et en particulier aux contrats, il a été demandé aux États membres de conseiller le vendeur sur les frais de justice dans les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: une société a livré des marchandises pour un montant de 20 000 EUR. Le vendeur n'a pas été payé parce que l'acheteur considère que les marchandises ne correspondent pas à ce qui avait été convenu.

Le vendeur décide d'intenter une action en justice pour obtenir le paiement intégral du prix.

Cas B – Situation transnationale: une société dont le siège social est situé dans l'État membre B livre des marchandises pour un montant de 20 000 EUR à un acheteur situé dans l'État membre A. Le contrat est soumis à la législation de l'État membre B, dans la langue duquel il est rédigé. Le vendeur n'a pas été payé parce que l'acheteur situé dans l'État membre A considère que les marchandises ne correspondent pas à ce qui avait été convenu. Le vendeur décide d'intenter une action en justice dans l'État membre A pour obtenir le paiement intégral du prix prévu par le contrat signé avec l'acheteur.

Frais en Espagne

Frais afférents aux instances, aux appels et aux autres modes de résolution des litiges

Cas pratique

Juridiction

Appels

Autres modes de résolution des litiges

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Cette option est-elle possible dans ce type de cas?

Frais

Cas A

En principe, s'il est fait recours à la procédure d'injonction de payer visée aux articles 812 et suivants du code de procédure civile, l'assistance d’un avocat n’est pas nécessaire pour la présentation de la première lettre de réclamation de la créance, quel que soit le montant de la somme réclamée.

S'il est fait recours à la procédure ordinaire, l’intervention de l’avocat et de l'avoué est nécessaire si le montant dépasse 2 000 EUR.

En cas d’opposition du débiteur dans le cadre de la procédure d'injonction de payer, l’intervention de l’avocat et de l'avoué est nécessaire si le montant dépasse celui défini par le code de procédure civile (actuellement 2 000 EUR).

Il convient également de s'acquitter du paiement d'une taxe en fonction du type de procédure et du montant réclamé, lorsque ce dernier dépasse 2 000 EUR, sauf si le débiteur a droit à l'aide juridique gratuite (réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Il s'agit des frais de procédure généraux. Ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions sont rejetées (article 394, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Offres de preuves.

Indemnisation des témoins.

Avis d'experts.

Si le débiteur ne s'oppose pas, la procédure n’implique que très peu de frais. S'il s'oppose, les règles générales sont appliquées, ce qui signifie que la partie qui introduit le recours doit payer une taxe et effectuer un versement préalable, sauf si elle bénéficie de l'aide juridique gratuite.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Les parties ont la possibilité de conclure un accord de paiement concernant le montant, sans l'intervention d'un tiers, qui doit être homologué par le juge, ou par une médiation, même si la procédure a déjà commencé. La loi n° 5/2012 du 6 juillet 2012 relative à la médiation en matière civile et commerciale transpose dans le droit espagnol la directive 2008/52/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2008. Elle fixe des règles minimales pour l'exercice de la médiation, sans préjudice des dispositions approuvées par les Communautés autonomes.
Elle permet au juge d'informer les parties, lors de l'audience préliminaire, de la possibilité de recourir à la médiation pour tenter de trouver une solution au conflit. La juridiction peut même, compte tenu de l'objet du conflit, inviter les parties à tenter de trouver un accord mettant fin à la procédure; elle peut également autoriser les parties à demander la suspension de la procédure conformément à l'article 19, paragraphe 4, du code de procédure civile, afin d'entamer une médiation ou un arbitrage.

L'accord se traduit par le remboursement de 60 % du droit de greffe.
En général, la médiation liée à la juridiction est gratuite.
En dehors de celle-ci, les parties sont libres de faire appel à un médiateur et de payer les honoraires librement convenus. En ce qui concerne le coût de la médiation, la loi n° 5/2012 prévoit expressément que, quelle qu'en soit l'issue, c'est-à-dire qu'elle ait débouché ou non sur un accord, ses coûts sont répartis également entre les parties, sauf accord contraire.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Honoraires des avocats, des administrateurs judiciaires et des experts

Cas pratique

Avocats

Administrateurs judiciaires

Experts

La représentation est-elle obligatoire?

Frais

La représentation est-elle obligatoire?

Frais antérieurs à la décision de justice

Frais postérieurs à la décision de justice

Intervention obligatoire?

Frais

Cas A

Pas de frais en cas de recours à la procédure d'injonction de payer, sauf opposition.
En cas de recours à la procédure ordinaire, ou d'injonction de payer avec opposition, les frais doivent être acquittés lorsque le montant réclamé dépasse 2 000 EUR. Dans ces cas, les parties doivent être assistées par un avocat et représentées par un avoué (article 31 du code de procédure civile).

Variables en fonction du montant du litige et des démarches procédurales entraînées.

Les parties ne sont pas représentées.

Non, mais il est recommandé de faire appel à des experts dans certains cas, rémunérés par la partie qui en prend l'initiative.

Varie en fonction de la portée et de la finalité de l'avis d'expert demandé.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais liés aux témoins, provisions ou garanties et autres frais

Cas pratique

Indemnisation des témoins

Provisions

Les témoins sont-ils indemnisés?

Frais

Cela existe-t-il et quand et comment est-ce mis en œuvre?

Frais

Cas A

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Le montant est fixé par le greffier, compte tenu de la demande du témoin (frais de déplacement, subsistance, etc.), pour autant qu'elle soit accompagnée des pièces justificatives requises.

Aucun versement préalable n’est demandé. Un versement n'est demandé que pour les recours contre certaines décisions.

Varie en fonction de la décision contestée, entre 25 et 50 EUR.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Coût de l'aide juridique gratuite et autres remboursements

Cas pratique

Aide juridique gratuite

Remboursements

Quand et à quelles conditions l'aide s'applique-t-elle?

À quelles conditions l’aide est-elle totale?

Conditions?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Quand et à quelles conditions l'aide s'applique-t-elle?

À quelles conditions l’aide est-elle totale?

Conditions?

Cas A

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, expert, etc.).

Actuellement, c'est la Commission d'aide juridique compétente qui fixe les prestations couvertes par l'aide juridique gratuite. Elle peut être demandée pour l'une des prestations prévues par la loi uniquement (par exemple, pour éviter de payer le droit de greffe).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques démontrent que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l'indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM), en vigueur au moment de la demande.

En général, une part importante ou l'intégralité de la note d'honoraires de l'avocat, pour autant que celle-ci ne dépasse pas le tiers du montant du litige; peuvent lui être remboursés également, sur la base de la taxation des dépens, les droits et provisions en faveur de l'avoué et les honoraires des experts (selon le cas).

Lorsque la partie est condamnée aux dépens (article 394 du code de procédure civile) et en fonction de la taxation des dépens par le greffier.

Condamnation aux dépens de la partie adverse.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais d’interprétation et de traduction

Cas

pratique

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Frais approximatifs

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Frais approximatifs

Cas A

Lorsque des documents sont présentés dans une langue autre que le castillan (ou, le cas échéant, dans la langue de la Communauté autonome où se déroule la procédure), la traduction doit être fournie. Elle peut avoir été réalisée en privé; dans ce cas, si l'une des parties la conteste pour sa fidélité et son exactitude en exposant les motifs des divergences, le greffier ordonne, pour la partie de la traduction du document qui fait controverse, la traduction officielle aux frais de celui qui l'aurait présentée, mais si elle s'avère être identique à celle effectuée en privé, les frais sont imputables à la partie contestataire.

Varient en fonction de l'objet de la traduction.

Lorsqu'une personne doit intervenir dans la procédure pour être interrogée, faire une déposition ou qu'il faut lui signifier personnellement une décision et qu'elle ne connaît pas le castillan, ni, le cas échéant, la langue coofficielle de la Communauté autonome dans laquelle se déroule la procédure, toute personne connaissant la langue dont il s'agit peut être mandatée comme interprète, sous réserve qu'elle s'engage sous serment ou par déclaration sur l'honneur à traduire fidèlement.

Varient selon que l'interprète est un professionnel ou non.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.

Étude de cas n° 5 – droit commercial –responsabilité - Espagne

Dans la présente étude de cas relative au droit commercial et en particulier à la responsabilité, il a été demandé aux États membres de conseiller le vendeur sur les dépens de l'instance dans les situations suivantes:

Cas A – Situation nationale: un fabricant d'équipements de chauffage livre un appareil de chauffage à un installateur. Celui-ci revend l'appareil à un client qui souhaite en équiper sa maison (et l'installe). Peu de temps après, un incendie se déclare dans la maison. Chacun des intervenants (le fabricant d'appareils de chauffage, l'installateur, le client final) est assuré. L'origine de l'incendie est contestée. Aucun des acteurs ne veut indemniser le client.

Le client décide de déposer plainte contre le fabricant, l'installateur et les compagnies d'assurances, afin d'obtenir réparation intégrale.

Cas B – Situation transnationale: un fabricant d'équipements de chauffage établi dans l'État membre B livre un appareil de chauffage à un installateur situé dans l'État membre C. L'installateur revend l'appareil à un client qui souhaite en équiper sa maison dans l'État membre A (et l'installe). Peu de temps après, un incendie se déclare dans la maison. Chacune des parties (le fabricant d'appareils de chauffage, l'installateur, le client final) est assurée auprès d'une compagnie d'assurances dans son propre État membre. L'origine de l'incendie est contestée. Aucun des acteurs ne veut indemniser le client.

Le client décide de porter plainte dans l'État membre A contre le fabricant, l'installateur, et la compagnie d'assurances de l'État membre A, afin d'obtenir réparation intégrale.

Frais en Espagne

Frais afférents aux instances, aux appels et au aux autres modes de résolution des litiges

Cas pratique

Juridiction

Appels

Autres modes de résolution des litiges

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Frais initiaux

Frais généraux

Autres frais

Cette option est-elle possible dans ce type de cas?

Cas A

Frais initiaux - Versement d'une provision à l'avocat et à l'avoué, et paiement d'une taxe en fonction du type de procédure et du montant réclamé, lorsque ce dernier dépasse 2 000 EUR, sauf si le bénéfice de l'aide juridique gratuite est accordé (celle-ci est réglementée par la loi n° 1/1996 relative à l’aide juridique gratuite).

Il s'agit des frais de procédure généraux. Ils sont imposés à la partie dont toutes les prétentions sont rejetées (article 394, paragraphe 1, du code de procédure civile).

- offres de preuves;

- indemnisation des témoins;

- avis d'experts.

La partie qui introduit un recours doit effectuer un versement anticipé, sauf si elle bénéficie de l'aide juridique gratuite.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Le même critère que pour la première instance est appliqué.

Les parties ont la possibilité de conclure un accord de paiement concernant le montant, sans l'intervention d'un tiers, qui doit être homologué par le juge, ou bien en recourant à une médiation, même si la procédure a déjà commencé.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Honoraires des avocats, des administrateurs judiciaires et des experts

Cas pratique

Avocats

Administrateurs judiciaires

Experts

La représentation est-elle obligatoire?

Frais

La représentation est-elle obligatoire?

Intervention obligatoire?

Cas A

Lorsque le montant dépasse 2 000 EUR, les parties doivent être assistées par un avocat et représentées par un avoué (article 31 du code de procédure civile).

Variables en fonction du montant du litige et des démarches procédurales engagées.

Les parties ne sont pas représentées.

Non, mais il est recommandé de faire appel à des experts (estimation des dommages), dont les frais sont payés par la partie qui en prend l'initiative.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais liés aux témoins, provisions ou garanties et autres frais

Cas pratique

Indemnisation des témoins

Provisions

Les témoins sont-ils indemnisés?

Frais

Cela existe-t-il et quand et comment est-ce mis en œuvre?

Cas A

Les témoins sont en droit d’obtenir de la partie qui les a sollicités une indemnisation liée à leur comparution (article 375, paragraphe 1, du code de procédure civile).

Aucun versement préalable n’est demandé.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Coût de l'aide juridique gratuite et autres remboursements

Cas pratique

Aide juridique gratuite

Remboursements

Quand et à quelles conditions l'aide s'applique-t-elle?

À quelles conditions l’aide est-elle totale?

Conditions?

La partie gagnante peut-elle obtenir le remboursement des frais de procédure?

Cas A

L'aide est destinée aux personnes qui peuvent démontrer que leurs ressources économiques ne leur permettent pas d'ester en justice (avocat, avoué, etc.).

On estime que les ressources économiques sont insuffisantes lorsque les personnes physiques démontrent que leurs ressources et revenus, calculés sur l'année sur la base de toutes les composantes de la rémunération et par ménage, ne dépassent pas le double de l'indicateur public de revenu à effets multiples (indicador público de renta de efectos múltiples, IPREM), en vigueur au moment de la demande.

Elle doit s'en tenir à l’accord conclu avec son avocat, le cas échéant. En général, une part importante ou l'intégralité de la note d'honoraires de l'avocat, pour autant que celle-ci ne dépasse pas le tiers du montant du litige; peuvent lui être remboursés également, sur la base de la taxation des dépens, les droits et provisions en faveur de l'avoué et les honoraires des experts (selon le cas).

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Frais d’interprétation et de traduction

Cas pratique

Traduction

Interprétation

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Quand et à quelles conditions est-elle nécessaire?

Coût approximatif

Cas A

Lorsque des documents sont présentés dans une langue autre que le castillan (ou, le cas échéant, dans la langue de la Communauté autonome où se déroule la procédure), la traduction doit être fournie. Elle peut avoir été réalisée en privé et, dans ce cas, si l'une des parties en conteste la fidélité et l'exactitude en exposant les motifs des divergences, le greffier ordonne que la partie du document dont la traduction est litigieuse fasse l'objet d'une traduction officielle aux frais de celui qui l'aurait présentée; si cette dernière s'avère être identique à celle effectuée en privé, les frais sont imputables à la partie contestataire.

Variables.

Lorsqu'une personne doit intervenir dans la procédure pour être interrogée, faire une déposition ou qu'il faut lui signifier personnellement une décision et qu'elle ne connaît pas le castillan, ni, le cas échéant, la langue coofficielle de la Communauté autonome dans laquelle se déroule la procédure, toute personne connaissant la langue dont il s'agit peut être mandatée comme interprète, sous réserve qu'elle s'engage sous serment ou par déclaration sur l'honneur à traduire fidèlement.

Cas B

Identiques au cas précédent

Identiques au cas précédent

Difficilement déterminables a priori.

Dernière mise à jour: 08/11/2019

Les versions nationales de cette page sont gérées par les États membres correspondants, dans la/les langue(s) du pays. Les traductions ont été effectuées par les services de la Commission européenne. Il est possible que l'autorité nationale compétente ait introduit depuis des changements dans la version originale, qui n'ont pas encore été répercutés dans les traductions. La Commission européenne décline toute responsabilité quant aux informations ou données contenues ou visées dans le présent document. Veuillez vous reporter à l'avis juridique pour connaître les règles en matière de droit d'auteur applicables dans l'État membre responsable de cette page.
Certaines pages de ce site présentant du contenu national sont actuellement mises à jour par les États membres, afin de tenir compte du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’éventuel maintien de contenus ne tenant pas encore compte de ce retrait est involontaire et les corrections nécessaires seront apportées.